Les calculatrices au bac


Info 2018 ! Le mode examen est reporté à la session 2019… Pour le bac 2018, vous pourrez encore venir passer les épreuves avec une calculatrice classique !


De nombreuses questions récurrentes nous parviennent régulièrement concernant le sujet de l’usage des calculatrices au baccalauréat. Peuvent-elles être interdites ? Quid du « mode examen » ? Cet article va vous aider à faire le point en répondant à vos questions.
Notons que dans ce domaine, il y aura l’avant 2019 et l’après 2019…

L’avant 2019 – Pas de monde « examen »

Question n°1 – Les calculatrices peuvent-elles être interdites à l’épreuve de maths ?
Réponse : OUI !

Oui mais… rassurez-vous, en théorie ! En effet, les textes officiels précisent que la calculatrice peut être interdite et que cette interdiction est précisée sur le sujet. Aucun moyen de le savoir à l’avance.  Heureusement, si cela se produit assez régulièrement pour l’épreuve de Sciences-Physiques, cela n’est jamais arrivé pour l’épreuve de mathématiques ! Et on a d’ailleurs du mal à imaginer que cela le soit un jour vu qu’en haut lieu, on souhaite toujours avoir des taux de réussite en augmentation…
La réponse est donc OUI en théorie mais en pratique, il est quasiment certain que la calculatrice ne sera pas interdite ! Ouf !

Question n°2 – Peut-on prêter sa calculatrice à un autre candidat lors des épreuves ?
Réponse : NON !
Il ne faut pas rêver ! Ce serait trop facile de se faire passer une calculatrice avec tous les résultats ou autres informations encore à l’écran, c’est de la fraude, donc c’est interdit !

Question n°3 – Peut-on avoir deux calculatrices sur la table lors des épreuves ?
Réponse : NON !
Hélas non ! Une seule calculatrice sur table est autorisée. Mais on peut en avoir une de secours dans son sac et demander au surveillant de changer en cas de panne de la première.

Question n°4 – Peut-on avoir des « anti-sèches » ou autres programmes dans la calculatrice le jour de l’épreuve ?
Réponse : NON !
En effet, c’est assimilé à de la fraude comme le fait d’avoir une anti-sèche dans sa trousse ou sa poche. Notons qu’il y a déjà eu une décision de justice condamnant un candidat pris en flagrant délit de fraude : en effet, il était en train de consulter des notes de cours sur une TI 92 pendant une épreuve lorsqu’un surveillant passait à son niveau.
Ceci étant dit, deux remarques :
* la calculatrice est votre propriété privée. Un surveillant ne peut donc pas « fouiller » dedans pour vérifier que vous l’avez bien vidée ! Il peut juste vous demander de la vider. Il ne peut pas le faire à votre place.
* vous ne prenez tout de même pas de grands risques à consulter la mémoire (non vidée) de votre calculatrice. Tout le monde le fait ! Il suffit d’être un minimum vigilant et de ne pas le faire sous les yeux des surveillants !
Mais soyons clairs, cette pratique reste interdite ! De plus, de nombreux candidats passent et perdent du temps à chercher désespérément des informations dans leurs calculatrices. Mieux vaut avoir stocké les notions importantes dans sa tête (accès immédiat) et s’être bien préparé aux épreuves avec nos questions-types par exemple.

La situation actuelle est donc faite d’injustices et d’inégalités. Certaines calculatrices peuvent emmagasiner bien plus d’informations que d’autres. De plus, il existe des modèles performants permettant de faire du calcul formel et de vérifier une dérivée ou une limite par exemple. Face à ces problèmes, la situation va évoluer. Mais cette évolution va amplifier des problèmes d’un autre ordre…

L’après 2019 – Mise en place du « mode examen »

À partir  de la session 2019, l’épreuve va subir une nette évolution. En effet, ne seront autorisées que les calculatrices munies du « mode examen ». Le mode examen est une procédure qui désactive la mémoire de la calculatrice et certaines fonctions avancées (notamment le calcul formel). Les calculatrices munies du mode examen possèdent un voyant vert attestant de l’activation du mode. Le mode est activé à la demande des surveillants en début de l’épreuve et désactivé en fin d’épreuve en connectant la calculatrice à un ordinateur. Ce mode examen n’est, en théorie, pas désactivable par le candidat durant l’épreuve. Seule une connexion à un autre appareil le permet. Si un candidat essaye toutefois de hacker le système pour désactiver le mode examen, le voyant vert s’éteint ou vire au rouge ce qui permet au surveillant de repérer la fraude.
Le but de cette évolution est ainsi de rétablir l’égalité des candidats face à leur outil de calcul. Et ceci est plutôt une bonne chose.
Ce qui est scandaleux, c’est que les centaines de milliers de candidats au baccalauréat vont devoir racheter un nouveau modèle de calculatrice possédant ce mode examen. C’est un énorme marché juteux pour les constructeurs qui ont imposé cette évolution au gouvernement qui, comme d’habitude, suit comme un petit caniche les dictats des multinationales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA
Change the CAPTCHA codeSpeak the CAPTCHA code